Le flan sur la berge

Une bonne claque aux petites mauvaises rumeurs monterelaises

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2014

29 janvier 2014

Notre 2ème tract

Classé dans : Non classé — leflansurlaberge @ 15 h 12 min

Monsieur 1 %

Le Conseiller général socialiste de Montereau, par ailleurs Conseiller municipal minoritaire, est toujours très discret lorsqu’il s’agit du plan de restructuration urbaine de la ville haute de Montereau.

En effet, personne ne peut contester la transformation profonde de ce quartier depuis 10 ans.

Les écoles sont reconstruites. Les services publics rénovés. Les bâtiments résidentialisés. Les logements sortent de terre et grâce aux caméras, la sécurité est désormais garantie.

Les silences gênés du Conseil général s’expliquent par l’absence totale de soutien de ce dernier à ce programme gigantesque. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. C’est à peine 1 % des sommes mobilisées pour notre ville haute qui a été apporté par le Département.

Aussi, quand le Parti Socialiste vous parlera rénovation urbaine ou politique de la ville, vous saurez qu’il parle beaucoup mais qu’il ne finance rien.

Les emplois perdus

Le foyer Guy Lagrive accueillait depuis de très nombreuses années des handicapés respiratoires dans les locaux de la tour expérimentale de Montereau.

Cet établissement était apprécié des patients et des Monterelais.

Afin de faire face aux évolutions des normes d’accueil des personnes handicapées, l’association gestionnaire du foyer Guy Lagrive s’est rapprochée il y a plusieurs années de la Mairie afin de construire un foyer tout neuf qui aurait permis d’accueillir plus de résidents et de créer une soixantaine d’emplois.

Aussitôt, le Député-maire s’est engagé à mettre gracieusement un terrain à la disposition de l’association. Un beau projet architectural a même été élaboré mais voilà, vous ne verrez jamais le nouveau foyer à Montereau !

La majorité socialiste du Conseil général a refusé de financer cet équipement obligeant ainsi l’association à regrouper les patients de Montereau… à Evry, ville qui fut longtemps dirigée par M. Valls. Ceci explique sans doute cela…

Alors quand le Parti Socialiste viendra vous parler de soutien aux personnes handicapées ou d’aide à la création d’emplois, vous saurez que les promesses sont toujours belles mais que quand il s’agit de passer aux actes, ils ne sont plus là.

Mépris pour les électeurs

A 50 jours des élections municipales, la liste du PS n’éprouve toujours pas le besoin d’aller à la rencontre des Monterelais ne serait-ce que pour exposer son programme.

Par voix de presse, elle concentre sa critique sur le maire sortant en lui reprochant notamment la conjoncture économique et en oubliant à cette occasion que malheureusement on n’échappe pas à la crise, renforcée depuis 20 mois par toutes les mesures prises par le Gouvernement que soutiennent ces mêmes candidats socialistes.

Quand ils vous parleront de démocratie, de participation et de respect des habitants, n’hésitez pas à leur rappeler que pour faire vivre la démocratie, il ne faut pas mépriser les électeurs et ne pas attendre le dernier moment pour évoquer avec eux son programme électoral qui engage leur avenir pour les 6 prochaines années.

Boules puantes

Vous verrez que, comme lors de chaque élection, un certain nombre de boules puantes vont envahir la campagne électorale pour les municipales.

Le PS, à défaut de faire campagne sur le terrain, n’hésite jamais à utiliser tous ses réseaux et ses relais y compris médiatiques pour mettre en cause ou tenter de mettre en cause le Maire de Montereau ou ses collaborateurs.

C’est toujours la même chose : des articles de presse, des mises en cause directes ou indirectes, beaucoup de bruit et puis quelques mois ou quelques années après, tout ceci fait pschitt.

A coup sûr, habitués à ce genre de pratique, les électeurs ne se laisseront pas avoir mais risquent bien de se désespérer face à tant d’énergie consacrée à ces tentatives de manipulation plutôt qu’à bâtir des projets crédibles pour l’avenir de la ville.

Cela promet

En regardant les sites internet, vous vous ferez une petite idée du niveau de l’équipe municipale du Parti Socialiste qui va bientôt solliciter vos suffrages.

Espérons que le niveau d’orthographe de celui qui parle au nom de la future liste de gauche sur internet ne soit pas au niveau de ses compétences pour gérer les affaires de la ville !

Jugez plutôt ces quelques phrases retranscrites telles qu’elles figurent sur Facebook, on vous laisse apprécier :

« Parlant vrai ? Qui a financer le campus numérique ?? Les jeunes de Montereau ont-ils étaient intéresser ??

Qui va paye le bicentenaire ? »

Faire plaisir aux copains

Vous le savez, la future tête de liste du PS à Montereau est aussi Conseiller général de notre canton depuis 10 ans et Vice-président du Département en charge des transports.

Il est à l’origine d’un mauvais coup fait par le STIF (Syndicat des Transports d’Ile-de-France) présidé par son ami Jean-Paul Huchon.

Alors que la gare de Montereau bénéficiait de trains directs pour Paris obtenus de longue lutte par les voyageurs, le PS a mis fin à cet avantage en accordant à son ami, le maire socialiste de Champagne-sur-Seine, des arrêts pour ces trains, qui non seulement sont toujours pleins, mais aujourd’hui font perdre du temps aux habitants de Montereau en s’arrêtant à Champagne-sur-Seine pour une poignée de voyageurs.

Avant d’aller voter, vous saurez que celui qui va postuler pour devenir maire défend avant tout les intérêts du Parti socialiste plutôt que ceux des habitants de Montereau.

Ordures… ménagères

Il y a quelques années, à la veille d’une échéance électorale, le Parti socialiste local s’est livré à une manipulation dont il a le secret. Il a lancé une polémique mettant en cause comme toujours le maire de Montereau dans sa gestion du Syndicat intercommunal de la région de Montereau-fault-Yonne pour le traitement des ordures ménagères (SIRMOTOM).

C’est ainsi que le Président socialiste de la Région et le Président tout aussi socialiste du Conseil général ont décidé, sans autre forme de procès, de supprimer d’un claquement de doigts, une subvention de 12 millions d’euros (oui, vous avez bien entendu : 12 millions d’euros) destinée à la nouvelle usine de traitement des ordures ménagères de Montereau.

L’objectif était clair : mettre en difficulté les finances du Syndicat intercommunal pour obliger son Président, par ailleurs maire de Montereau, à augmenter la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères.

Pas de chance pour les auteurs de ce mauvais coup, puisque non seulement la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères n’a pas augmenté depuis la construction de la nouvelle usine mais mieux encore, elle va diminuer de 10 % en 2014, prouvant ainsi l’excellente gestion de ce syndicat.

L’affaire est désormais devant les tribunaux et si la Région et le Département sont condamnés à verser cette somme (comme ils l’ont fait pour toutes les autres usines de traitement des ordures ménagères d’Ile-de-France), hé bien le Syndicat s’est engagé à diminuer une fois encore la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères pour rendre l’argent aux Monterelais.

Il y a derrière cette manipulation bien orchestrée avec la complicité complaisante d’un journal hebdomadaire bien connu dans le sud Seine-et-Marne un scandale absolu qui prouve les méthodes de ce parti incapable de proposer et d’agir mais très fort pour tenter de déstabiliser ceux qui ont la confiance des habitants y compris en privant les contribuables concernés d’une énorme subvention à laquelle ils avaient pourtant droit comme les autres.

 

 

dlphilippe |
sophieauquotidien |
bersend |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ccomptadh
| complementaire
| 1niall